CONFÉRENCES
ENTRETIENS
ESSAIS
OSMOSCOSMOS

/50posts est l’appareil de médiation et critique de l’édition 2019 de la triennale des 50JPG. Il est à l’image du premier blog lancé en 2016 dans le cadre de la 5ème triennale des 50JPG, c’est à dire une sorte de catalogue dynamique, qui a l’avantage de pouvoir être commentaire et extension de l’exposition à l’opposé du catalogue imprimé. Tout au long de l’exposition, visible du 19 juin au 25 août au CPG, /50posts présente des interviews avec les artistes de l’exposition. Des auteurs, artistes, philosophes et scientifiques sont invités à publier des essais en lien avec la thématique OSMOSCOSMOS. /50posts offre également la possibilité de consulter en ligne les enregistrements des conférences qui accompagnent l’exposition.

L’ANTIMATIÈRE: COMMENT PHOTOGRAPHIER L'INVISIBLE

CONFÉRENCES
18.6.2019
LINDA FREGNI NAGLER & MICHAEL DOSER

[PARTAGER CET ARTICLE]

L’exploration de l’invisible est un des principaux objectifs de la science — mais comment le photographier ? La manière de se former une image de ce que nous ne voyons pas a une forte répercussion sur la façon que nous avons d’appréhender ce monde dont nous n’apercevons qu’une infime fraction, que ce soit la recherche sur l’identité de la matière sombre, de l’énergie sombre, et l’exploration de l’antimatière ou de son absence apparente dans l’univers visible. Cette conférence de Linda Fregni Nagler, photographe travaillant à Milan sur les automatismes cognitifs qui dictent notre façon de percevoir le monde, et Michael Doser, physicien expérimental du CERN avec un accent particulier sur l'antimatière, l'antihydrogène et son couplage à la gravité, explore ces questions par le biais de la photographie aussi bien qu’à travers d’autres technologies. Ces technologies ont toutes en commun le fait qu’elles correspondent à un appareil perceptif technologiquement étendu, qui a le potentiel de changer l'appareil cognitif.

Vidéo de la conférence au MEG, Ma 11.6.2019
Dans le cadre du programme parallèle des 50JPG 2019

« tu sais le plus marrant c'est que ces antidouleurs s'appellent lamaline, je te le recommande à la moindre menace de déclaration de guerre par tes ovaires, il ne saurait y avoir de marxisme orthodoxe, mais quelques pères orthorexiques fleurissent dans les repas d'un after de type on entend les corneilles, le présent quoi, les terrains vagues et les ciels bas types portuaires mais sans la mer, croasser ou performer c'est toujours un avortement, t'es sure que c'est pas un accouchement plutôt non je t'assure après il ne reste rien, ni trace, ni echo, c'est technique ce n'est pas produire, c'est recycler avec les restes du passé fécondé au moment t, enfin avec les moyens de production en contraception à l'instant juste pour dire, la reproduction de la force de travail ou ce truc de force invisible qui fait le ménage ou miracle vitaliste, c'est ainsi que la loi, après quelques années de vie communautaire, au sens moderne est intervenue non pas contre la violence d'Etat (loi contre terreur) mais par un rôle organisateur, dans son texte même, de l'exercice de la violence, compte-tenu de la résistance des masses populaires, et des ovaires près à envahir_le monde ou rien, tout le monde déteste la police, symbole inférieur à 3, mes ovaires dansent la macarena holala, grossissent depuis le trou noir qu'on n'aurait jamais dû regardé selon une superstition technopaïenne peu connue, le trou du cul solaire du monde face to face avec le centre de Paris, donc à Belleville une rencontre impromptue avec un beaugosse lambda et l'univers qui répond ok bientôt y aura plus rien, alignement désastre, tout le monde s'occupe de mes ovaires, la galaxie s'étend et se contracte, on tchate, évitons le délais de rétractation, c'est très simple le monde ou rien mais en attendant tu peux montrer tes seins gonflés en toute légalité ##### frontières p 117, certes ce n'est pas l'Etat qui est le sujet de l'histoire réelle, certes ce n'est pas l'Etat qui est le sujet de l'histoire réelle, pas besoin d'implants apriori juste un bon coup momentané c'est de la chirurgie esthétique, on y va, mais disons naturelle à base de ouais ouais ouais le corps marche et je lui marche dessus avec de hauts talons chimiques, tu penses que je devrais refaire mon nez, non plutôt tes seins, le fétichisme de la fausse clarté n'est qu'une autre expression du mythe qui fût à la fois obscur et d'une clarté évidente, introduction, le corps marche et on se rue à la surface de la terre comme ci c'était toujours affaire de rondeurs, de roulades et de galipettes, nokinkshaming, la crainte de perdre le moi et d'abolir en même temps la frontière entre le soi et une autre vie, galaxies communautaires en after interminable, passages, va et vient permanents au comptoir, la crainte de la mort et de la destruction est intimement associée à une promesse de bonheur qui était, à tout moment, une menace pour la civilisation, holala le monde est à toi et moi, en regard d'une telle impossibilité, la Raison, au service du présent, devient une imposture totale pour__ les masses, le rouge ne va pas avec le rose, je t'ai apporté un cadeau / je l'ai trouvé sur une tombe, je savais pas si ça te plairait, à l'intérieur de toute façon, regardez bien il n'y a rien à voir, le speculum du vide, l'intrigue des siècles caverneux, gravés sur le divan symbole inférieur à trois, fois deux, ces essais visent à engager un effort d'imagination, bien qu'ils ne débouchent pas sur des conclusions utopiques grandioses, p47, il suggéra d’abord que réussir à faire son deuil, c’est être capable d’échanger un objet contre un autre, planète pour planète, ovaire pour ovaire, par la suite, il affirma que la mélancolie était essentielle au travail de deuil, une certaine interchangeabilité des objets comme s’il fallait que l’objet de notre désir se transforme pour que l’on puisse renouer avec la vie, c'est fini mon époque des grandes missions, je fais que de grassroots maintenant, ce texte n'a donc pas d'ordonnancement systématique, et donc finalement je baise irrégulièrement avec Baudrillard, au premier abord, je crois que je t’ai perdu toi avant de découvrir que « je » manque également à l’appel, à l’inverse, la douleur du deuil révèle combien nous sommes assujettis à nos relations aux autres, en fait les larmes c'est ce qui nous rattache à la terre, mais il faudrait alors que le « je » même qui cherche à raconter soit interrompu en plein récit car ce je est mis en question par sa relation à l’Autre, p 73 sans doute vaut il mieux être assujetti, quand bien même ce n’est qu’à la violence, à l’abandon, à un mécanisme ; sans doute vaut-il alors mieux être assujetti à la pauvreté ou à des abus que de n’être assujetti à rien, à venir, en attendant, un court résumé des épisodes précédents, reprise pour le lancement de fantaisie finale, cover de cover, on parlait de recyclage de mots sans rapport avec, disons le rapidement, la planète, mais a minima avec mes deux ovaires ou deux thèses : le mythe lui-même est déjà Raison et la Raison se retourne en mythologie et d'avortement en deux temps ou en trois si c'est encore valable, la magie est une sanglante falsification, mais elle ne nie pas la domination en se transformant en pure vérité et en agissant comme si elle était le fondement du monde soumis à son pouvoir, le présent appartient à celles qui ne dorment jamais, antidouleurs à l'opium c'était un point de départ et dernier paquet de cigarette, je crois que le truc s'est désintégré, ça s'ouvre, merci tous les trois en tout cas d’avoir été présents, c’est ultra précieux, oh chérie je viens de voir ces derniers messages, je bosse demain sur des logos btw »

OSMOSCOSMOS50JPG19.6–25.8.2019